Filière de recyclage 360°: c'est parti !

FPMM, ECOLOGIC et le SCRELEC mettent en commun leurs compétences

La FPMM entend accompagner le développement des nouvelles mobilités en aidant les professionnels à prendre en compte toutes leurs obligations réglementaires et morales, notamment en ce qui concerne la Responsabilité Elargie des Producteurs (REP)

Le principe général de la REP

Le droit de l'environnement est venu entériner un certain nombre d'obligations faites aux professionnels qui DOIT les connaître:

Autant le cas des DEEE est relativement bien connu et maitrisé par les professionnels (cotisation auprès de l'un des 2 éco-organismes agréés par l'état), la prise en compte de la fin de vie des batteries semble donner lieu à quelques confusions: le professionnel doit s'assurer, et prouver, qu'il est en capacité de collecter TOUTES les batteries mises sur le marché et d'en assurer le recyclage. Ne traiter que les quelques batteries qui reviennent en magasin ou en SAV ne suffit pas!

Gestion des batteries: les professionnels souvent démunis

Les professionnels réunis se devaient de s'armer et pour cela, de s'entourer d'acteurs à la compétence reconnue sur les questions liées à la fin de vie des produits. Huit mois de discussions ont aboutit à associer les expertises pour faciliter le  recyclage des déchets !

Le principe de guichet unique est une solution très innovante à l'avantage de tous !

Pour en savoir plus: filiere [alt] fpmm fr


2019, un bilan flatteur pour de belles perspectives 2020

Le 04 février 2020 les adhérents de la FPMM se réunissaient pour tirer le bilan d'une année 2019 qui fut riche en challenges et en réussites pour l'univers des nouvelles mobilités.

Une année 2019 riche

La Fédération a accompagné ces changements, a pesé de tout son poids pour faire avancer les choses positivement et pour former/informer aussi bien les professionnels que les particuliers

L'image des nouvelles mobilités a été fortement bousculée en 2019; que de méconnaissances, d'à priori négatif, de postures sans données factuelles mais aussi de légitimes interrogations et inquiétudes auxquelles il fallait donner des réponses. La FPMM s'y est attelée en s'affirmant comme un interlocuteur de valeur face aux médias

Et 2020 ne démentira pas cette implication de tous les instants tant il y a des challenges à gagner et des objectifs à atteindre

  • Etudes (baromètre marché, risques et accidentalité, EDPM et multimodalité, employabilité...
  • Réglementation: prise en compte des nouveaux engins et des nouveaux usages, impact sur les avis d'application du décret, visibilité des utilisateurs, etc...
  • Baromètre de la micro-mobilité: impact des nouvelles mobilités sur les économies d'énergie aux travers du programme MOBIPROX
  • Lancement et structuration de la filière de collecte et de recyclage des engins de micro mobilité et leurs batteries
  • Accompagner une surveillance du marché plus efficiente et juste dans l'objectif d'améliorer la sécurité des engins
  • Continuer à être l'organisme représentatif de toutes les micros mobilités et se structurant aux travers de groupes de travail thématiques
  • ...

Et, toujours, accompagner les professionnels dans leur connaissance de leurs droits, devoirs, obligations aux travers de formations et atéliers thématiques

*Les dates et lieux exactes seront communiqués aux adhérents

La FPMM reste ouverte aux professionnels impliqués dans les questions des micros mobilités; n'hésitez pas à nous rejoindre pour faire avancer les choses: info[alt] e-fpmm fr


Lancement Filière De Recyclage De La Micro Mobilité FP2M/ SCRELEC/ ECOLOGIC

La FP2Minvite les professionnels au lancement de la filière de collecte et recyclage de EDPM et leurs batteries.



Responsabilité sociétale et micro mobilité: la filière recycle !

La fédération des professionnels de la Micro Mobilité continue sa mission d'accompagnement du développement de la filière en s'attaquant aux problématiques de fin de vie des EDPM.

En s'associant au SCRELEC et à ECOLOGIC, acteurs majeurs du traitement écologique des déchets, la FP2M entend donner à ses adhérents et à tous les acteurs intéressés, un outil efficient pour les aider à respecter non seulement leurs obligations règlementaires mais aussi morales.

COMMUNIQUE DE PRESSE

La FP2M invite les professionnels intéressés à se rapproche d'elle.


Décret sur les EDPM: Communiqué de presse de la FP2M

Au terme de nombreux mois de travail et de consultations, le gouvernement s’apprête à communiquer sur la publication du décret de loi relatif à l’utilisation sur l’espace public des engins de déplacements personnels motorisés (EDPM).

Le dossier de presse du ministère de l'écologie

COMMUNIQUE DE PRESSE : La FP2M & CIRC collaborent pour une Micro Mobilité responsable

Paris le vendredi 26 juillet 2019 – La Fédération des Professionnels de la Micro Mobilité (FP2M), qui regroupe les acteurs concernés par le marché des engins de déplacements personnels (EDP), est heureuse d’annoncer que l’opérateur de mobilité partagée CIRC (ex Flash), acteur majeur des services de location de trottinettes électriques en Europe, a souhaité se rapprocher de FP2M afin de renforcer sa contribution à la transformation des mobilités du quotidien.

Ensemble, la FP2M et CIRC entendent apporter un support stratégique et opérationnel, encourager et accompagner aussi bien les organisations que les particuliers vers l’adoption de mobilités plus responsables, plus soucieuses dans leur environnement et plus vertueuses. Ce rapprochement souligne, pour la FP2M, la nécessité de rappeler la cohérence des différents modèles du marché des nouvelles mobilités et, pour CIRC, la volonté d’inscrire son développement exponentiel dans un écosystème global, divers de par ses acteurs et tourné vers un objectif : que les micro-mobilités douces et alternatives prennent toute leur place dans des espaces urbains et périurbains.

La FP2M, au travers de ses adhérents, entend promouvoir une mobilité qui s’insère dans une logique de multimodalité en lien avec la volonté des autorités françaises, et européennes, de développer des chaînes de transport alternatives et décarbonées.

<

Jocelyn Loumeto
Délégué Général FP2M
Fédération des Professionnels de la
Micro Mobilité
info[alt]e-fpmm. fr


L.O.M et Forfait mobilité: Les EDPM sont exclus

La représentation nationale ne pouvait pas avoir plus tort dans son analyse et les raisons du rejet de la demande de Mme la députée Rossi. Discourir sur l'importance d'aider au développement des solutions de transport alternative et en même temps rejeter les EDPM avec des raisons fallacieuses est très désolant.

Extrait du compte-rendu des discussions.

Lors de la séance de l'Assemblée Nationale du 11 juin :

M. le président.
La parole est à Mme Laurianne Rossi, pour soutenir l’amendement no 1989.

Mme
Laurianne Rossi
. Le présent amendement propose d’étendre le
forfait mobilités durables aux engins de déplacement personnel –
acquisition ou location de trottinettes, de gyroroues, etc. Autant j’ai
pu défendre des amendements visant à réguler et
à encadrer davantage l’utilisation de ces nouvelles formes de mobilité,
autant je pense qu’elles ont toute leur place dans l’article 26, dans
la mesure où de plus en plus de Français utilisent ces engins pour
accomplir leurs trajets domicile-travail.

M.
le président
. Quel est l’avis de la commission ?

M. Jean-Luc Fugit, rapporteur. Cet amendement vise à intégrer dans le forfait mobilités les frais afférents aux engins de déplacement personnel, que l’on appelle désormais les « EDP ». Toutefois, cette catégorie de déplacements concerne un faible nombre de salariés, essentiellement dans les grandes agglomérations, lesquelles sont plutôt bien desservies en transports en commun. Par ailleurs, leur prise en charge est en partie assurée par l’extension du dispositif aux services de mobilité partagée et au free floating. Avis défavorable.

M.
le président
. Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme
Élisabeth Borne
, ministre. Même avis.

M.
le président
. La parole est à Mme Laurianne Rossi.

Mme
Laurianne Rossi
. Les longs débats que nous avons eus sur ces
nouvelles formes de mobilité ont été l’occasion de souligner à quel
point leur développement était rapide, y compris pour les trajets
domicile-travail. Je crois donc véritablement que
ces EDP ont toute leur place dans ce forfait mobilités durables. C’est
pourquoi je maintiens mon amendement qui, par ailleurs, concerne non
seulement le free floating et donc la mobilité partagée, mais également
l’achat de tels engins par les salariés.

(L’amendement no 1989 n’est pas adopté.)


Droits et obligations des professionnels après la LOM et le décret EDPM

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



Limite à 20 km/h pour les EDPM: une décision mortifère

Lettre ouverte à l’attention de Toutes les parties prenantes concernées par le développement des nouvelles mobilités

Madame,
monsieur,

Je
me permets de vous recontacter concernant les acteurs de la filière Micro
Mobilité qui rencontrent de très grandes difficultés en ce moment et un risque
de disparition pure et simple.

Aujourd’hui
les députés de la république ont discuté une limitation de vitesse à 20 km/h
pour utilisation de l’espace public. Une limitation par bridage des engins.
Outre le fait que ces dispositions seraient prises sans aucune association d’utilisateurs ni les fédérations des
professionnels n’aient été consultées
, cela poserait d’énormes problèmes
pour la pratique de ces nouveaux modes de mobilité !

Nous
avons besoin de toutes les bonnes volontés pour nous aider à interpeler la
représentation nationale sur le fait que toute une filière de la distribution
risque de disparaître au profit du free-floating exclusif car nous allons
perdre des pratiquants avec cet abaissement incompréhensible à 20 km/h.

  • Les professionnels de la micro mobilité ont aligné la vitesse limite
    des engins (25 km/h) sur celle pratiquée pour les vélos à assistance
    électrique. Il n’y a aucune raison objective que des engins qui sont dans le
    même type de pratique, le même environnement, soient pénalisés négativement et
    ce, à cause d’utilisateurs non habituels, non responsables, du free-floating.
  • A 20 km/h on augmente le différentiel de vitesse entre les EDPM et
    les autres véhicules sur la chaussée. C’est augmenter le danger pour les
    utilisateurs réguliers. Les propriétaires, aguerris, de EDPM vont être
    fortement pénalisés à cause de pratiques inconscientes d’utilisateurs du free-floating.
  • L’utilisation des EDPM, en intermodalité, hors des hypercentres, nécessite une vitesse moyenne plus élevée pour que ce mode de déplacement reste pertinent. A 25 km/h c’est le minimum nécessaire. En dessous, cette utilisation perd grandement de son intérêt.
  • Seules
    l’Allemagne aujourd’hui a imposé une limite à 20 km/h
    (le marché des EDPM y est embryonnaire et essentiellement free-floating)
    ainsi que la Suisse. La Belgique est montée à 25 km/h récemment. Tous les
    autres pays d’Europe régulent à 25 km/h. Pourquoi la France, qui est leader sur
    ces nouvelles mobilités, s’aligne sur des pays marginaux ?
  • L’utilisation hors agglomération des EDPM nécessite des vitesses
    plus importantes que les 20 km/h limite. Non seulement par rapport aux
    voies potentiellement empruntées mais aussi compte-tenu des distances à couvrir
    (entre 10 et 15 km par trajet, voir plus notamment pour les gyroroues).
  • Cela fait 5 ans que des professionnels travaillent sur des normes
    de sécurité et à l’adaptation de leurs engins à 25 km/h. Ces EDPM sont
    robustes, sécurisés, dotés de systèmes de freinage performants. Ces
    dispositions de limitation de la vitesse à 20 km/h prises sans
    concertations viennent fouler au pied des années de travail.
  • Les professionnels œuvrent sur un marché européen, voir mondial.
    La future norme européenne sert déjà aujourd’hui de référence aux fabricants du
    monde entier. Changer ces dispositions techniques de limite de vitesse va
    grandement pénaliser les industriels et distributeurs français qui vont devoir
    modifier les engins uniquement pour le marché français.
  • Cette limite à 20 km/h va favoriser les engins dits d’entrée
    de gamme, de qualité très moyenne. Les engins plus robustes, sécurisés en
    termes de systèmes de freinage ou de spécification structurelles vont perdre en
    consommateurs. 25 km/h était déjà une limite difficile à accepter pour ces
    utilisateurs – réguliers et maitrisant leurs engins. Avec de telles
    dispositions, c’est à très court terme un rabougrissement du marché.

__

Il est extrêmement important que cette limitation à 20 km/h soit revue. Cette valeur, totalement aléatoire et qui ne repose sur aucune études d’accidentologie, ne peut être acceptée par les professionnels du secteur.

Mesdames, messieurs, nous avons besoin de votre aide pour faire remonter la très grande préoccupation des professionnels.

Bien
cordialement

La
Fédération des Professionnels de la Micro Mobilité


RETOUR SUR L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA FP2M DU 24 MAI 2019

La dernière Assemblée Générale des adhérents de la Fédération des Professionnels de la Micro Mobilité (FP2M) qui s’est tenue le 24 Mai 2019 a renforcé la volonté des présents à travailler de concert afin d’aider le développement de la pratique des nouvelles mobilités et affronter les vagues contraires qui freinent leur montée en puissance.

Outre un bilan, extrêmement positif, concernant les actions de la FP2M sur le premier trimestre, les adhérents ont validé la ligne stratégique proposées par le bureau exécutif et les actions diverses envisagées sur : le décret EDPM (Engin de Déplacement Personnel Motorisé), les discussion en cours sur la LOM, la finalisation du projet de norme prNF EN 17128 (Véhicules électriques personnels légers (PLEV) - Exigences de sécurité et méthodes d'essai), les actions nécessaires en terme de prévention et de pédagogie vers les usagers des EDPM, les différentes formations et ateliers à venir en direction des professionnels, les discussions sur les partenariats en cours aussi bien au niveau français qu’européen mais aussi la participation aux prochains salons d’intérêt pour la profession tel que Autonomy 2019.

Entre autres décisions importantes, les membres de la fédération ont approuvé les orientations et actions suivantes :

  • La future reconnaissance des EDPM à vitesse inférieur à 25 km/h dans le code de la route français est un très grand succès auquel la fédération est fière d’avoir participé.
  • La FP2M rappelle la très grande nécessité d’encourager par différentes actions de pédagogie et d’information le port du casque par les usagers des EDPM, ainsi que tout autre équipement de protection individuel.
  • Informer sur l’obligation d’assurance en responsabilité civile qui incombe aux utilisateurs des EDPM et surtout informer sur l’intérêt d’une telle protection figure parmi les actions prioritaires de la FP2M
  • La FP2M applaudit la légalisation de l’utilisation d’un éclairage supplémentaire SUR l’usager et entend mener des actions de promotion pour encourager leur usage car la visibilité des usagers dans le trafic est un enjeu majeur de sécurité
  • Dans cette optique d’améliorer la visibilité des utilisateurs, la FP2M applaudit l’obligation qui sera faite, via le décret, du port d’équipement (type gilet, brassard…) réfléchissants en condition de visibilité faible
  • L’article 21 du projet de Loi d’Orientation des Mobilité (LOM) est un outil extrêmement positif pour le développement des EDPM car il donne aux autorités locales la possibilité de décider, en toute intelligence et responsabilité, des conditions d’occupation de l’espace public en fonction des réalités du territoire : qualité des infrastructure, dangerosité du trafic, besoin en mobilité des population, développement économique (ex tourisme) locale, etc…

°

Outre cette liste, non exhaustive de satisfactions, l’Assemblée
Générale a confirmé que la reconnaissance des EDPM à vitesse maximum 25 km/h n’était
que la première étape d’une action qui va désormais se concentrer sur les priorités
deux :

  • La reconnaissance européenne des engins de déplacement personnel motorisés rapides (R-EDPM) ayant des vitesses entre 25 km/h et 45 km/h via le règlement européen sur l’homologation des véhicules motorisés (R 168/2013). Une intégration dans les catégories L (véhicules motorisés à deux, trois ou quatre roues) avec une réflexion intelligente sur les exigences techniques de réception de ces engins et des obligations en matière d’utilisation de l’espace public qui pourraient se rapprocher de ceux admis pour les engins de catégories L1e-A et L1e-B (type speed pedelec).
  • L'extension aux espaces"hors agglomération" de l'utilisation des EDPM.
  • Prise en compte des EDPM dans les Plans de Déplacement en Entreprise et surtout la mention explicite des EDPM dans l’article 26 du projet de LOM qui donnera droit au forfait mobilité pour les salariés des entreprises.
  • Relancer les administrations sur les nécessaires besoins de correction de la définition de EDPM telle que présentée dans le projet de décret. Cette définition pose de vraies problématiques qui pourraient déboucher sur les restrictions à l’innovation, des freins au développement du marché et des difficultés techniques pour les industriels.

Au-delà de cela, l’assemblée a validé les actions futures de la FP2M avec les sujets prioritaires de :

faciliter les relations des professionnels dans leurs relations avec les autorités de contrôle du marché notamment dans la définition de critères homogènes pour l’évaluation des produits, développement et lancement du label Micro Mobilité (Label Magasin, label importateurs/industriels, label assureur), accompagnement des professionnels sur les questions de recyclage produit/batterie mais surtout des questions de seconde vie, accompagnement des activités de prévention et d’information du public et surtout réalisation des études permettant de mieux connaitre le marché, les profils utilisateurs et les challenges de la filière.