COMMUNIQUE DE PRESSE: TOUR DE FRANCE MOBIPROX

Le programme Mobiprox initié par la FPMM et l'association prévention routière continue ses actions de senbilisation dans toute la france afin de mieux faire connaitre les avantages et obligations lié à l'usage de ces engins.





VERSION PDF


COMMUNIQUE DE PRESSE: Mobilité douce et active : les professionnels demandent des mesures fortes pour faire respecter la loi

Les comportements irresponsables de certains utilisateurs qui mettent en danger le partage de la voie publique, doivent être sanctionnés.
Les pouvoirs publics doivent prendre des mesures fortes pour mettre fin à ces incivilités.



VERSION PDF


Augmenter les aides pour l’achat des trottinettes électriques : un pari plus que gagnant pour l’environnement et le marché des EDPM

Le marché de la trottinette électrique est en plein boom depuis quelques années. Les ventes ne cessent d’augmenter en France, et l’on remarque un véritable engouement vers ces engins à la suite du premier déconfinement en mai 2021. En effet, les trottinettes électriques comportent de nombreux avantages (praticité, respect des gestes barrière). Moins polluantes que les motos et scooters, elles répondent à un véritable besoin de mobilité pour les personnes actives et non actives.

La France compte 2 millions d’utilisateurs de trottinettes électrique. Avec 640 000 unités vendues pour la seule années 2020, la trottinette devient ainsi le N°1 de la mobilité douce et active. Et ces ventes ne sont pas un hasard ! 56 % des trotters utilisent la trottinette électrique dans le cadre de leur trajet domicile-travail. 

Pourtant, les pouvoirs publics boudent encore ce mode déplacement en l’excluant de toutes les aides dédiées à la mobilité douce et active. Y aurait-il des aides à 2 vitesses ?

Augmentation des chiffres du marché de la micro-mobilité

Les oubliés de l’aide à la mobilité électrique

Alors que le gouvernement multiplie les aides à l’achat pour les voitures, vélos et scooters électriques, le seul moyen de transport multimodal qui correspond à tous les critères d’un point de vue écologique, économique et sociétal est mis à l’écart.

Les aides sont ainsi concentrées sur une population ayant les moyens de résider en centre-ville.

Que fait-on alors pour les personnes qui habitent en périphérie des centres urbains et qui quotidiennement empruntent les transports en commun mais doivent trouver des solutions pour se déplacer sur le « dernier kilomètre » ? La trottinette électrique est pourtant la solution multimodale par excellence ! Elle permet de désengorger les villes des voitures et de faciliter les déplacements au quotidien.

La motivation écologique est certaine pour ceux qui souhaitent aller vers des engins électriques, mais les engins de qualité restent onéreux. A l’exemple des vélos et voitures électriques ont un coût élevé, et sont donc majoritairement achetés par des CSP+, comme Olivier Razemon l’explique dans un article paru dans le Monde “Le profil très CSP+ des acquéreurs de vélo à assistance électrique”. De nombreuses aides à l’achat existent pour encourager la mobilité électrique sur ces véhicules, voitures, vélos et même les scooters électriques.  Le prix moyen d’un vélo électrique est de 2 079 euros (Observatoire du Cycle 2020), une voiture ou encore un scooter électrique peut bénéficier d’aides à l’achat dépassant les 2000 euros… 

Quand on est une entreprise, on peut déduire de ses impôts jusqu'à 25% du prix d'achat pour les vélos d'une flotte d'entreprise pour les  salariés, mais rien n’a été pensé pour les trottinettes électriques. 

Or, les utilisateurs de EDPM sont à plus de 47% des CSP- (12% d’inactifs selon les 1ers résultats - inédits - de l'Observatoire des Micro-Mobilité du programme Mobiprox) qui achètent des trottinettes électriques car elles répondent non seulement à leur besoin mais aussi à leurs capacités financières. 

On fait donc face à une absence de logique face aux aides pour promouvoir la transition écologique et la mobilité douce, qui ne bénéficient pas aux plus fragiles. 

A quand les aides sur les trottinettes ?

Pour la deuxième année consécutive, les trottinettes arrivent en première position des ventes d’engins électriques de déplacement. Avec une moyenne d’âge de 37,8 ans, les acheteurs de trottinettes électriques sont pour la plupart des jeunes actifs, qui vont donc utiliser leur engin de façon régulière. Le problème qui se pose est alors celui de la durabilité des engins : les acheteurs n’ayant pas un fort pouvoir d’achat, ils achètent en majorité des trottinettes de primo-accédants, soit des engins à moins de 300 euros. Pourtant, les utilisateurs de trottinettes électriques, aux usages du quotidien très régulier, sont nombreux dans les grandes agglomérations autant que dans les plus petites : leur pourcentage avoisine les 33% dans les grandes villes.

A quand l'Aide aux trottinettes

Insérer l’aide à l’achat des EDPM dans une politique d’ouverture sociale

Actuellement, on compte quatre communes dont la politique sociale des mobilités inclut l’aide à l’achat des trottinettes électriques. Une aide qui peut couvrir entre 15 et 25% du prix d’achat selon la commune, soit entre 75 et 250 euros. 

Accompagner les populations à faible pouvoir d’achat ou les inactifs à l’achat des trottinettes électriques permettrait aux utilisateurs de monter en gamme et d’utiliser des engins plus durables. 

Il est donc temps que les collectivités aident ceux qui en ont le plus besoin à adopter ces moyens de déplacement plus respectueux de l’environnement. Des engins qui, de plus, s’avèrent moins chers que d’autres modes de transports. Instaurer une politique sociale qui inclut un accompagnement de la collectivité à l’achat des EDPM équivaudrait donc à équiper plus rapidement les citoyens en engins plus verts et plus facilement recyclables. Un pari gagnant pour l’accessibilité et la sauvegarde de l’environnement dans l’espace urbain.

trottinette


Mobilités douces : l’implication des experts et des clients sont la clé pour encadrer le marché florissant des EDPM

https://youtu.be/0OQfIP8uL5k

On ne peut concevoir les nouvelles mobilités sans prendre en compte la sensibilisation des utilisateurs. Ces derniers ont besoin de bénéficier de retailers qui savent de quoi ils parlent, et les accompagnent tout au long de l’utilisation de leur engin. Dans cette optique, Jocelyn Loumeto, délégué général de la FPMM, a animé une table ronde autour de la qualité de service avec Ze Trott Store, premier magasin labellisé par le label QS3M, et Allianz, dans le cadre du salon Autonomy 21. L’ordre du jour : la nécessité de former les vendeurs des magasins spécialisés à un accompagnement plus complet des utilisateurs, afin de renforcer la professionnalisation d’un secteur en plein boom. Décryptage.

Un marché naissant à structurer

La FPMM réunit les acteurs de la filière (services, assurance, fournisseurs, fabricants, revendeurs) autour de de ses objectifs clés qui sont, d’une part, œuvrer pour un environnement technique et règlementaire propice aux développements économiques des entreprises et d’autre part accompagner l’utilisation exponentielle des EDPM aussi bien du point de vu du grand public que des porteurs de politique public ou des entreprises.  Avec plus 90 opérations de sensibilisation d’ores et déjà planifiées en 2021 auprès de ses partenaires de la prévention routière, la FPMM œuvre au travers du programme MOBIPROX pour un accompagnement fort des utilisateurs des nouvelles mobilités.

La FPMM, c’est également

  • un travail technique incessant pour améliorer la sécurité et la qualité des engins,
  • des ateliers et formations pour la montée en compétence des professionnels sur différents domaine
  • la mise en place d’une filière mutualisée pour la collecte et le recyclage des engins et leurs batteries, mais aussi des travaux sur les questions de réparation et de seconde vie
  • un label centré sur la qualité de service (label QS3M), dont le magasin spécialisé Ze Trott’ Store est le premier à bénéficier.


Avec plus de 2 millions d’utilisateurs, l’usage des EDPM a significativement augmenté avec le contexte sanitaire. Un chiffre qui est en passe de grandir davantage au vue des perspectives et du frein qu’à constituer les restrictions de circulation dues au COVID. Cela pose la question de l’accompagnement et de l’information des usagers.



Comment forger une place pour les EDPM dans l’espace urbain ?

Le développement des micro-mobilités est une bonne nouvelle, souligne Catherine Mathon-Brillaud (Allianz) : il signifie l’adoption d’alternatives intéressantes à la surutilisation des véhicules thermiques. Liberté de mouvement, maîtrise du temps de parcours : autant d’avantages associés à la trottinette.

En revanche, on se rend compte que cela nécessite un accompagnement spécifique des usagers. Se déplacer en trottinette implique de partager un espace urbain déjà occupé par d’autres types de véhicules. En conséquence, le marché se situe aujourd’hui dans une phase d’éducation : il est nécessaire de former les vendeurs afin qu’ils accompagnent les utilisateurs sur la prise en main et la manipulation des engins, ainsi que sur les différents détails techniques.

L'échange a permis de rappeler que plus de la moitié des utilisateurs ne savent pas qu’il faut être assurés pour circuler en EDPM, alors même que ces derniers sont de plus en plus accessibles au plus grand nombre. Afin d’éviter que ne se pose le problème de la sécurité, il est donc essentiel, insiste Catherine Mathon-Brillaud, d’informer les clients sur l’obligation de souscrire une assurance Responsabilité Civile.

La trottinette électrique de plus en plus perçue comme un véhicule à part entière


Lors du premier confinement, les magasins spécialisés étaient à l’arrêt, pour connaître une véritable explosion de leurs ventes dès le début du déconfinement. Une préférence est donc remarquée par rapport aux transports en commun. Cette tendance implique nécessairement une réflexion au niveau des professionnels du secteur, explique Rémi Besançon (Ze Trott’Store). Nouveau mode de déplacement, encadré par de nouvelles législations en France et une norme européenne, les EDPM impliquent un accompagnement accru, du côté de la législation comme par les experts en magasins spécialisés. Il est nécessaire de former les commerciaux à la sensibilisation des clients et aux détails techniques des engins, afin qu’ils puissent assurer un service optimal aux clients - et les aider à occuper plus sereinement l’espace urbain.

Sensibiliser ses clients à l’assurance : la logique du partenariat, réponse idéale ?

Très peu de clients sont au courant de l'obligation d'assurer leurs trottinettes. Les magasins ont donc un vrai travail de sensibilisation à ce niveau. Rémi Besançon, directeur de Ze Trott’ concept, a trouvé une solution pour faciliter la tâche à ses clients : un partenariat avec un assureur local. Pour lui, la différence entre un achat de trottinette en supermarché et en magasin spécialisé est l’accompagnement client. Pour conduire un EDPM, une assurance minimale de responsabilité civile est obligatoire, pour couvrir les dégâts que le conducteur peut causer à autrui. Cependant, l’utilisateur lui-même n’est pas couvert par cette assurance. Si le propriétaire n’est pas assuré, il existe un fond pour indemniser la victime, mais celui qui est en défaut d’assurance doit payer au fond et peut devoir payer une amende, jusqu’à 3750 euros. Il existe plusieurs niveaux d’assurances, et pour être bien assuré en tant que conducteur, il faut une complémentaire pour ses dommages corporels. Après un accident, la vie quotidienne peut être bousculée, en termes familiaux, personnels et financiers.

Pour rappel, pour les professionnels, c’est important de bien informer ses clients, car un client mal informé sur les assurances pourrait se retourner contre le magasin en cas de problème.

La qualité de service en magasin avec Ze Trott Grenoble

Ze Trott’ Concept Grenoble est le premier magasin labellisé par la FPMM. Ce label a été mis en place avec l’aide des professionnels du secteur. Pour y avoir accès, il faut répondre aux exigences du label. Pour le directeur de Ze Trott’,  REmy Besançon, être labellisé, c’est gagner en notoriété. Le consommateur a besoin d’être rassuré. Ce label aide les consommateurs à savoir où acheter une trottinette électrique. Sur la question de l’assurance, la sensibilisation est partout chez Ze Trott’, qui a un vrai rôle d’informateur sur ce sujet. Les conseillers sont disponibles pour informer les clients sur l’assurance, les équipements de sécurité. Chaque client repart avec un guide pour bien entretenir sa machine, des informations sur les lois et l’assurance. Ze Trott’ a mis en place un système de contrôle technique. Chez Ze Trott’, les produits sont à partir de 400 euros, car la qualité assure la sécurité de ses acheteurs. Tous les produits proposés par le magasin sont réparables à 100%.

Allianz, partenaire des changements sur les nouvelles mobilités

Allianz est le premier assureur à rejoindre la FPMM sur les questions d’assurance des EDPM. Catherine Mathon-Brillaud est leader de l’écosystème Ma Mobilité chez Allianz. Pour elle, être assureur, c’est s’inscrire comme partenaire des changements sur les nouvelles mobilités. Allianz investit dans des startups innovantes dans le secteur de la mobilité. Allianz croit aux bienfaits de ces nouveaux modèles : plus de flexibilité, un meilleur impact pour le climat. Assurer, c’est protéger les utilisateurs et faire croître le marché des mobilités. Allianz est engagé dans les actions de prévention routière, et innove pour accompagner le grand public à trouver les meilleures solutions, adaptées à ses usages. Allianz a conduit des ateliers dédiés pour accompagner les utilisateurs à la prise en main des EDPM, et vient en relais des magasins pour conseiller les particuliers, leur expliquer les garanties nécessaires.

Mieux vaut prévenir que guérir : de l’importance des équipements de protection


Catherine Mathon-Brillaud a réaffirmé l’engagement de Allianz à accompagner les initiatives œuvrant à une meilleure sécurité des usagers de la route. Allianz a signé un partenariat avec l'entreprise Bumper, qui propose des casques gonflables innovants, qui se rangent dans la poche. Plus de 35% des accidents touchent le haut du corps, donc l’enjeu du casque est majeur, même s’il n’est pas obligatoire aujourd’hui, il est fortement recommandé ! L’évolution de l’achat d’équipements de protection est intéressante. Le directeur de Ze Trott’ le remarque : les clients sont sensibles à la protection, et achètent souvent un casque et des gants lorsque cela leur est conseillé.

 

 

Allianz France, la FPMM et les professionnels de la micro-mobilité travaillent main dans la main dans un même but : préparer votre avenir, un avenir plus sûr.

L’objectif est donc de prévenir les risques et le label de la FPMM est clé pour aider les professionnels à œuvrer en ce sens. En achetant un EDPM, il faut vraiment réfléchir à son besoin, et penser sécurité avant tout !

 

Retrouvez le talk en replay par ici : https://www.autonomy.paris/en/industry-talks-2021/


COMMUNIQUE DE PRESSE - Ze Trott' obtient le label QS3M !

Label de qualité de service en magasin de micro-mobilité (QS3M)

La Fédération a lancé il y a quelques mois un label de qualité de service en magasin de Micro-Mobilité (QS3M), dont l'objectif est d'aider les magasins spécialisés à garantir aux usagers d'EDPM un accompagnement de qualité, tout au long du cycle de vie de leur engin, de l'achat ainsi qu'au recyclage.

Nous avons l'immense joie de vous annoncer que l'entreprise ZE Trott' a obtenu le label (QS3M).




Version PDF


COMMUNIQUE DE PRESSE - Label de qualité de service en Magasin de Micro_mobilité

Decouvrez le label QS3M de la Fédération

https://www.youtube.com/watch?v=Yv33nLtk8T4

La qualité de service due aux clients des Nouvelles mobilités doit être au cœur des préoccupations. Il y a quelques mois les membres du GT "Magasin" de la FPMM se sont triturés les méninges pour proposer un référentiel d'exigences centrés sur le service aux consommateurs. Nous en avons fait un label QS3M !
La FPMM a tenu à rappeler son engagement dans ce communiqué de presse.






Version PDF


Réparabilité et recyclage, les professionnels s’engagent !

La filière de recyclage 360°, comment ça fonctionne ?

Face à l’explosion du marché des EDPM, la FPMM et ses partenaires se sont mobilisés pour assurer le recyclage des engins en fin de vie. Cette filière, déployée sur l’ensemble du territoire à travers le réseau des adhérents de la FPMM, permet de gagner en efficacité et de réduire les coûts au niveau logistique pour l’ensemble des acteurs. Elle a pour objectif d’avoir un impact fort et positif sur la RSE des professionnels du secteur.

Les avantages de la filière recyclage :

  • Mutualiser les coûts et les moyens liés au recyclage des EDPM
  • Accéder à un interlocuteur unique pour l’ensemble des démarches, notamment l’enregistrement au registre SYDEREP
  • Accompagner la formation des professionnels sur les questions réglementaires autour de la gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) et des batteries de EDPM.
  • Fédérer les acteurs de l’écosystème pour réfléchir et mettre en œuvre la réutilisation et la valorisation des engins usagés.
  • Promouvoir les nouvelles mobilités, en inscrivant les EDPM comme des outils de déplacement vertueux pour l’environnement.


3 acteurs clés à l'initiative de la filière recyclage

La FPMM, créée en 2017, est une fédération qui défend les intérêts des professionnels de la micro-mobilité.

Elle est engagée dans la structuration professionnelle du secteur de lamicro-mobilité (industriels, distributeurs, formateurs, assureurs, loueurs...)

Le SCRELEC, est un éco-organisme à but non lucratif agréé par l’État sur deux filières à Responsabilité élargie des producteurs (REP) : les Piles et accumulateurs portables ainsi que les Cartouches d’impression professionnelles. Sa mission est d’organiser la collecte et le recyclage de ces déchets en France.

ECOLOGIC, un éco-organisme, investi depuis 2006 d’une mission d’intérêt général par l’Etat : la gestion des déchets électriques et électroniques « ménagers » et « professionnels », sur l’ensemble du territoire français.

Concrètement, comment fonctionne la filière ?

Le fonctionnement de la filière mutualisée est simple. Des points de collectes sont identifiés, et les partenaires du guichet unique se chargent de collecter et d’acheminer les EDPM dans les sites de tries et de revalorisation. Les batteries seront séparées du corps de l’EDPM et chaque partie est gérée par le partenaire expert de son secteur.  La visibilité de l’ensemble de la filière est piloté par la FPMM, en lien avec les souscripteurs et les partenaires.


Enfin, la FPMM assure la promotion de la filière auprès des institutions publiques, des professionnels des micro-mobilités et du grand public. C’est également la fédération qui organise des événements de sensibilisation et de formation autour des questions de RSE et de développement durable.

A chaque porteur sa mission dans la filière

  • Le SCRELEC organise la collecte et le recyclage des piles et accumulateurs portables en France à travers la solution de collecte Batribox. Il sensibilise le grand public au bon geste du recyclage : trier et rapporter les piles et batteries usagées en point de collecte.
  • La FPMM met l’accent sur sa mission de sensibiliser les professionnels, les impliquer afin qu’ils prennent une part active à la responsabilisation environnementale de toute l’industrie des nouvelles mobilités
  • ECOLOGIC Collecte, dépollue et recycle les DEEE dans le cadre de la mise en œuvre de la responsabilité élargie des producteurs. L’acteur prévient, informe et sensibilise l’ensemble des acteurs impliqués tout au long de la chaîne de valeur.

Allongement de la durée de vie; réparation et seconde vie des engins

La question de la seconde vie est cruciale dans le domaine des micro-mobilités. Avec l'augmentation des usages, appelés à croître davantage dans les années à venir, il est urgent de penser dès à présent à instaurer une logique circulaire, incluant la fabrication, la consommation et la réutilisation des produits. Les adhérents de la FPMM, aura travers de groupe de travail dédiés, s’impliquent fortement sur la réflexion et sur  l’action vers l’allongement de la durée de vie des engins par une meilleures prise en compte de leur conception, leur usage et leur réparation. Et, au-delà, les réflexions sur la seconde vie, les secondes utilisations, sont au cœur des discussions.

Devant la forte demande en compétence pour la réparation des engins de nouvelles mobilités, de nombreuses initiatives sont lancées: la création de centre de formation (exemple: GReen-Riders Academy) ou le lancement du "Challenge sur la seconde vie des trottinettes" par la Fabrique des Mobilités.

Le marché de la micro-mobilité est en perpétuel essor (+ 34% en 2020), et la demande croissante pour des professionnels formés aux métiers de la réparation prouve, s’il le fallait, que la réparabilité des EDPM est un élément différenciant sur le marché. Réparabilité, seconde vie et recyclage sont les piliers du développement des mobilités et la FPMM, avec ses partenaires du SCRELEC et de ECOLOGIC, invitent tous les acteurs, en collaboratif ou en toute autonomie, à prendre à bras le corps ces sujets.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Défendre une mobilité responsable

La Fédération des Professionnels de la micro-mobilité (FP2M) réagit à la communication faite à propos des trottinettes électriques qu'elle juge irrespectueuse pour ses 2 millions d'utilisateurs.

Quelques jours avant la sortie des chiffres du baromètre marché de la micro-mobilité, la FP2M prend la parole.
Décryptage...






Version PDF


Accompagner l'usage des nouvelles mobilités : Équité et économie d'énergie

Les Engins de Déplacements personnels (trottinettes, gyroroues, skates électriques…) parents pauvres des mobilités !

L'assertion ci-dessus, depuis le Décret n° 2019-1082 du 23 octobre 2019 relatif à la réglementation des engins de déplacement personnel, tend à passer dans les oubliettes. La Fédération des Professionnels de la Micro-Mobilité y travaille. 

Outre cette reconnaissance dans le code de la route qui se doit de transpirer dans tous les textes réglementaires du mille-feuille français, la FPMM œuvre fortement pour que les « oublis » de ce décret soient corrigés par les autorités publiques et, surtout, pour que les avantages accordés aux autres mobilités s’étendent aussi aux EDPMs. Et c’est encore loin d’être le cas.

Dans le champ des bonnes nouvelles en 2020, la prise en compte dans le forfait mobilité, via le Projet de Loi de finance 2021, du remboursement par l’employeur de l’investissement dans un EDPMs pour ses trajets domicile-travail. Effective à partir de janvier 2022, ce retard au démarrage est plus que préjudiciable pour le développement de ces mobilités de proximité.

De nombreux sujets liés à l’accompagnement financier des utilisateurs restent sur la table des discussions. Un grand différentiel de traitement entre les mobilités subsiste, à la défaveur des EDPMs qui se voient imposer les contraintes sans bénéficier des avantages. L’équité de traitement entre les différents engins est loin d’être acquises : aides à l’achat accordés par les collectivités, réduction d'impôt pour mise à disposition d'une flotte de vélos (l'article 220 undecies A du code général des impôts), etc…

Autre très importante réalisation ; l’approbation par les services de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) – ainsi que de l’ADEME d’une initiative imaginée, conçue et co-portée par la FPMM qui a associé l’association Prévention Routière à la démarche : le programme MOBIPROX. 

Approuvé en 2020, le programme Mobiprox est un dispositif d’économie d’énergie (CEE) qui entend accompagner le développement des «mobilités douces» dans l’objectif de réduire les dépenses énergétiques liées au déplacement des personnes. Épousant parfaitement les objectifs de la FPMM, ce programme, debout sur deux piliers, est l‘outil le plus efficace mis en place en faveur des nouvelles mobilités :

1/ Évaluer l'impact énergétique des mobilités en Engin de Déplacement Personnel Motorisé (EDPM) auprès d'un échantillon de particuliers et des organisations possédant des flottes d'engins de déplacement personnels.

  • 550 volontaires et soucieux de leur choix de mobilité, équipés de boîtiers de géolocalisation, voient leurs déplacements suivis pendant 24 mois ! En parallèle, ils répondent, tous les mois, à une quinzaine de questions liées à : leur comportement de conduite, l’infrastructure, l’impact de la météo, le type d’engins… et toutes ces informations, croisées, enrichies de différentes données (Traffic, météo, etc…) seront analysées, sur le long terme, dans le but d’avoir, enfin, des données solides et qualifiées pour évaluer l’impact écologique réel de l’utilisation des EDPMs en France.
    Les informations issues de cette collecte de données seront des outils stratégiques, la FPMM l’espère, pour que les politiques locales et nationales prennent en compte, de façon positive, les mobilités nouvelles.

  • Jusqu’à 2000 trottinettes de flottes d’entreprises, en collaboration avec les opérateurs de location, vont être suivis dans le même temps. Toutes les données remontées (kilomètres parcourus, fréquence d’utilisation, etc…) vont, là aussi, permettre d’évaluer l’impact écologique des flottes – majoritairement – de trottinettes en entreprise.

Outre la complémentarité avec les informations venant des possesseurs, l’analyse des mobilités des entreprises et/ou collectivités permettront d’alimenter en information qualifiées les politiques RSE et d’optimiser la prise en compte des EDPMs dans l’établissement des différents plans de mobilité.

2/ Mieux faire connaître ces nouvelles mobilités dans toutes leurs composantes (prévention, réduction d'énergie, réglementation, usages) au travers de campagnes de sensibilisation/initiation auprès des entreprises (privées ou publiques), des collectivités, des établissements publics. 

Ce volet, extrêmement sensible, est l’arme absolue pour impacter réellement le comportement des gens quant à la prise en compte des questions énergétiques dans leur choix de mobilité. On ne peut faire le choix de ces nouvelles mobilités de proximité si on n’améliore pas la connaissance du grand public quant à ces engins : leur potentiel en tant que maillon de la chaîne intermodale (monomodalité, multimodalité), leur utilisation en toute responsabilité (maniement, comportement, code de la route, prévention…), les droits et obligations liés à l’usage (code de la route, décret, caractéristiques techniques…) et surtout, l’impact environnemental de ces nouvelles mobilités au travers des multiples études existant et des leçons apprises venant de la phase amont (collecte de données) du programme.

Pour cette activité de sensibilisation, incontournable pour avoir un réel impact sur les économies d’énergie liées au transport, le programme Mobiprox s’appui sur un réseau d‘experts en mobilité et/ou en prévention routière qui ont été formés à l’utilisation de différents outils pédagogique (exemple : Klaxoon) et qui sont alimentés par l’expertise de la FPMM. 

La crise sanitaire a grandement perturbé l’organisation et la réalisation des différentes briques de ce programme qui, cependant, avance de façon optimale.

A ce jour, 7 Webinaires de sensibilisation /information ont eu lieu et 37 opérations en présentiel sont programmées un peu partout en France. Ces opérations de sensibilisation et d’initiation présentiels aux nouvelles mobilités seront réalisées par les professionnels hautement qualifiés des sociétés Two-roule et M-Wheel, toutes deux adhérentes à la FPMM. Quant au volet « collecte et données et évaluation de l’impact écologique », la mise en place de toute l’infrastructure a subi le retard inhérent à la crise sanitaire. Les partenaires techniques que sont Connected Cycle (acquisition de données), Aqoa (intégration de données), Green-Soluce (outil de calcul de l’impact écologique), ainsi que le recrutement des panelistes (Smart Mobility Lab et OpinionWay) font preuve d’une grande souplesse et adaptabilité. Cependant, les remontées de données débutées en janvier 2021 vont en s’accélérant et le programme se fait fort de communiquer au premier semestre 2021 des informations hautement qualitatives sur l’impact des EDPMs.

La FPMM et ses adhérents continuent à prendre à bras le corps les challenges, encore nombreux, visant à accompagner les nouvelles mobilités. 

Au travers du programme MobiProx notamment, les entreprises qui souhaitent mettre en place une flotte de trottinette pour leurs salariés et veulent évaluer leur impact écologique réel sont invitées à participer à ce très beau programme. Les acteurs de la location en entreprise réunis au sein de la Fédération (Plume Mobility, Green-Riders, M-Wheel …) participent tous aux efforts techniques de remontées d’information qui alimenteront l’outil de calcul. Ces informations, totalement anonymes dans le très strict respect de la RGPD, seront mises à disposition sur l’Observatoire des micro-mobilités pour servir autant aux entreprises émettrices de données qu’à la très large communauté intéressée par les nouvelles mobilités.




BILAN D'ACTIVITÉ 2020

2021, la vitesse de croisière

La mobilité urbaine et périurbaine est confrontée à un vent de renouveau sans précédent au 20ème et 21ème siècle. Après des décennies du règne quasi exclusif des véhicules à motorisation thermique, avec la voiture notamment, de nouveaux modes de déplacements à propulsion électrique viennent prendre une place importante dans le paysage. L’année 2020 a été une preuve éclatante que les Engins de Déplacement Personnels Motorisés font partis des solutions les plus innovantes et vertueuses pour une évolution des mobilités du quotidien.

Les adhérents de la fédération des Professionnels de la Micro-Mobilités se sont encore plus mobilisés en cette année délicate de crise sanitaire pour embrasser tous les sujets pertinents, dans des efforts collaboratifs inédits, afin d’accompagner la montée en puissance de toute la filière.


Le moteur principal de la FPMM, en 2020, fut de prendre à bras le corps les challenges afin de proposer de nouveaux modes de déplacement plus responsables aux villes et aux localités périurbaines, en mettant en avant des alternatifs aux motorisations thermiques tour à tour plus flexibles, plus adaptées à une demande devenue protéiforme, en phase avec les problématiques d’engorgement des villes et surtout plus respectueuses de l’environnement. 

Le Bilan 2020 des activités de la FPMM montre toute la diversité des sujets portés par les adhérents, les succès importants obtenus grâce aux efforts de tous et surtout les innombrables challenges auxquels nous devront faire face dans un esprit de coopération, de coopétition et de responsabilité.

Ci-dessous👇 le bouton pour télécharger le Bilan d'activité de la FPMM. 

 


Cliquez ici


Jocelyn LOUMETO

Délégué Général de la Fédération des professionnels de la Micro-Mobilité.